Véritable lieu de découverte, de culture, de formation et d’éducation, la bibliothèque multimédia est avant tout un bâtiment de service public pensé pour accueillir, aider et conseiller dans leurs recherches les visiteurs.

La bibliothèque dont la surface utile est de 459,70 m², comporte :
• la bibliothèque proprement dite ouverte au public ;
• une cyber base équipée d’outils modernes d’information et de communication ;
• et des espaces de rencontres et de travail dotés de moyens techniques performants. La bibliothèque constitue pour les acteurs culturels (enseignants, associations...) un outil de translation culturelle.

Une bibliothèque qui s’adapte aux nouveaux usagers et besoins des habitants

L’évolution des nouvelles technologies a conduit à une évolution des pratiques culturelles chez les usagers. C’est ainsi que le modèle traditionnel des bibliothèques a été revisité pour mieux s’inscrire au sein du modèle sociétal qui a cours de nos jours. L’idée est de repenser les espaces et de proposer aux usagers de nouveaux services afin de s’assurer de leur retour vers la bibliothèque. Il est demandé de plus en plus, aux bibliothécaires de revoir leurs pratiques car nous nous trouvons dans un paysage complètement modifié qui oblige à repenser notre vision du livre et nos actions de médiation. A ce titre, la bibliothèque de la ville met en place tout au long de l’année, des ateliers "prise en main des smartphones" en plus des traditionnelles rencontres littéraires, des lectures comme l’Heure du conte pour les enfants etc.

Les missions des bibliothèques publiques sont un sujet de réflexion au cœur des débats actuels et ceux-ci ne concernent ni les bibliothèques universitaires (BU), ni la Bibliothèque Nationale (BNF), puisque pour ces dernières ce sont les statuts qui définissent leurs missions. Il n’y a point de texte comparable pour les bibliothèques publiques, chaque collectivité décidant de sa politique et donc des missions assignées à sa bibliothèque au sein d’un ensemble de missions traditionnelles (informer, former, distraire) lesquelles sont en lien avec des textes incitatifs comme le Manifeste de l’UNESCO ou la Charte des bibliothèques et cela avec la prise en compte des spécificités du territoire à desservir ainsi que des priorités locales.
Par exemple, dans le cadre de l’appel à projet 2010 « Services numériques culturels innovants » lancé par le ministère de la Culture et de la Communication, la bibliothèque de Toulouse a développé une application pour les Smartphones. L’usage des QR codes est un autre exemple. En scannant avec son Smartphone le code 2D, l’usager est redirigé vers un contenu associé. L’application Culture Clic, propose, entre autres, de découvrir gratuitement et de géo localiser environ 700 œuvres (photos, gravures), provenant des catalogues de la Réunion des musées nationaux (RMN) et de Gallica.

Pour permettre une meilleure appréhension de ces outils, les exemples de bibliothèques mettant en place des ateliers numériques facilitant ainsi l’intégration des « publics empêchés » sont nombreux. Pour en citer quelques uns :
- La médiathèque Huisseau sur Cosson en France a un atelier pour aider à résoudre les difficultés rencontrées avec sa tablette, son Smartphone, ou sa liseuse
- A Brest la médiathèque propose des ateliers numériques accessibles avec la carte d’abonnés sur ordinateur, tablette, liseuse ou Smartphone
- Les Médiathèques du Havre proposent des ateliers pour utiliser un ordinateur, une tablette, un smartphone, une liseuse.

La bibliothèque, 3ème lieu
Par ailleurs, le rôle social des bibliothèques est de plus en plus interrogé et les « bibliothèques 3ème lieu » émergent dans nos paysages. Pivots de la vie de la collectivité, ces établissements remplissent une mission citoyenne et offrent des services de plus en plus variés débordant le cadre des services qui étaient
habituellement offerts. Les bibliothèques sont invitées dorénavant à se doter d’un projet Culturel Scientifique Educatif et social (PCSES), lequel pour se construire s’appuie sur toutes les composantes et les spécificités d’un territoire donné.

La ville de Sainte-Anne est donc en train de construire son PCSES. Une enquête sera bientôt réalisée auprès des différents usagers du territoire pour participer pleinement au Projet Culturel Scientifique Educatiuf et Social de la bibliothèque.

Horaires d’ouverture et d’accueil au public
Du mardi au samedi :
• mardi : 8h30 - 17h30
• mercredi : 8h30 - 18h00
• jeudi : 14h00 - 17h30
• vendredi : 8h30 - 18h00
• samedi : 8h30 - 13h30

Coordonnées
-  Responsable : M. Tony TRESOR
-  Mail : mediatheque chez ville-sainteanne.fr
-  Téléphone : 0590 68 63 80
-  Fax : 0590 68 63 81
-  Adresse : Place Schœlcher 97180 SAINTE-ANNE

Pour en savoir plus :
- Publics et usages des bibliothèques municipales en 2016, par le Ministère de la Culture
- L’évolution des usages numériques appliquée aux bibliothèques


Haut de page

M'inscrire à la newsletter