Face à ce fléau, Ville de Sainte-Anne Guadeloupe entend trouver et mettre en œuvre des solutions pérennes avec l’appui de l’Etat.
Fortement impactée par les échouages de sargasses, la Ville de Sainte-Anne a accueilli, le vendredi 30 juillet 2021, la délégation Outre-Mer en charge de l’élaboration du Plan Sargasse II.
Le préfet M.Marquer en charge du dossier sargasses à la DGOM accompagné de l’un de ses collaborateurs M. Nardin, ont rencontré Christian BAPTISTE, Maire de la Ville et ses équipes sur les sites les plus problématiques du territoire.

Avec la Direction de l’environnement et du cadre de Vie de la commune, les élus, Marie-Anièce MANNE, élue déléguée au cadre de vie et à l’environnement, Marianne Grandisson, élue déléguée au Développement durable et à la prévention des risques, Willy CEÏ, chargée de mission au sein du Syndicat Intercommunal pour la mise en valeur des plages et sites touristiques de la Guadeloupe (S.I.P.S), ils se sont rendus à Galbas et à l’Anse Du Belley.

Ces deux sites à vocation culturelle, nautique et touristique sont mis à mal par les sargasses, sans oublier les riverains et les professionnels qui souffrent également des nuisances sanitaires, environnementales, olfactives et économiques. D’autant plus que l’Anse Du Belley, est un spot de Kitesurf reconnu au niveau international et un site protégé.
Ainsi, à l’occasion de cette visite, Christian BAPTISTE, le Maire de la Ville, a de nouveau interpellé les services de l’Etat et mis l’accent sur les problématiques suivantes :

  • la nécessité d’avoir un nouvel accompagnement financier pour l’acquisition de matériels adaptés aux spécificités de chaque site : pelles à chenille pour Galbas et à l’Anse du Belley.
  • la nécessité d’avoir des outils performants, adaptés et différenciés par site pour lutter efficacement contre ce fléau : Par exemple, les engins qui composent le kit sargasse ne permettent pas d’accéder à tous les sites et certains sont trop agressifs pour notre littoral et peuvent même contribuer à son érosion. En effet, lors du ramassage de sargasses, beaucoup de sable est emporté. Il serait peut être souhaitable de revoir les techniques d’épandage.
  • La nécessité de disposer urgemment d’une nouvelle zone d’épandage car celle de Du Belley, actée par la DEAL, est déjà saturée et en plus est située sur une zone humide et protégée. S’agissant des barrages déviants, la Ville de Sainte-Anne va expérimenter cette solution alternative. Après un premier appel d’offres infructueux, la Commission d’Appel d’Offres à récemment attribué le marché, suite à un second appel d’offres. Si cette solution s’avère efficace et pérenne, la municipalité demande à l’Etat d’investir davantage dans ce projet qui pourra diminuer l’impact écologique.

En résumé et comme l’a précisé, Marie-Anièce Manne-Regelan, élue en charge de l’Environnement et du cadre de vie : « Nous attendons que les propositions faites aux services de l’Etat soient validées. La Ville de Sainte-Anne espère être accompagnée durablement et efficacement sur la question de la gestion des sargasses. »

Portfolio


Haut de page

M'inscrire à la newsletter